Les 400 culs - «Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» - Libération.fr

« Nos certitudes actuelles c’est qu’il y a seulement deux sexes, et qu’entre les deux se trouvent des ratés. Ce que les chercheurs découvrent c’est qu’il a deux pôles, entre lesquels se déploie un large spectre d’individus dont le développement —lors du processus de différenciation sexuelle de l’embryogenèse—s’est effectué suivant d’infinies variations…»

Flow (psychologie) — Wikipédia

état mental atteint par une personne lorsqu'elle est complètement plongée dans une activité et qu'elle se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement.

  1. concentration intense focalisée sur le moment présent ;
  2. disparition de la distance entre le sujet et l'objet ;
  3. perte du sentiment de conscience de soi ;
  4. sensation de contrôle et de puissance sur l'activité ou la situation ;
  5. distorsion de la perception du temps ;
  6. l'activité est en soi source de satisfaction (ou autotélique).

    Merde: je me sens comme ça uniquement quand je programme ou je bricole (ou que je crée en général)



Comment reconnaître en quelques questions simples si vous avez affaire à une pseudomédecine ou à quelque chose de légitime ?

En résumé:

  1. Y a t il un inventeur de la technique ? Est ce que ses écrits / paroles / conférence sont paroles d'évangile ?
  2. La thérapie en question prétend elle couvrir l'ensemble des maladies ?
  3. La pratique est elle centenaire ou millénaire, mais n'a pas fait ses preuves ou reste t elle très controversée ?
  4. Existe t il un complot international pour empêcher son utilisation ? 5.Le thérapeute en question fait il également le diagnostic en utilisant des outils non conventionnels ?
  5. Vous avez une maladie grave ou chronique ou mal étiquetée... Votre thérapeute vous explique t il que d'une manière ou d'une autre, vous l'avez voulu, causé ou mérité ?
  6. La théorie de votre thérapeute "bouleverse / révolutionne" t elle la compréhension de matières scientifiques telles que la biologie, la physique ou la chimie, l'anatomie ou la physiologie
  7. Le fondateur de la thérapeutique en question est il comparé à Galilée ? Brûlé par ses pairs avant qu'on se rende compte qu'il avait finalement raison
  8. Le thérapeute dénigre t il les soins qui vous ont été donné et vous incite t il à les abandonner ?
  9. Est ce que le succès de la thérapeutique est clairement défini ou est il suffisamment flexible pour parer à toute éventualité
  10. Mon thérapeute vous explique t il qu'il faut aider "votre corps à s'autoguérir" ou à se "débarasser des toxines" ou à "booster votre système immunitaire" ou à "équilibrer votre balance intérieure" ?
  11. Votre thérapeute fait il appel à une célébrité, un prix nobel ou à un livre quelconque pour légitimer sa pratique ?
  12. Votre thérapeute essaie t il de se donner des titres ou des références qu'il n'a pas ?
  13. Votre thérapeute vous parle t il de phénomènes "énergétiques" "magnétiques" "naturels" ou "quantiques" pour se donner une contenance ?
  14. Votre thérapeute utilise t il des anecdotes pour justifier sa pratique ?
  15. question joker: "Peux-tu m'expliquer comment ça fonctionne ?" S'il ne sait pas répondre, méfie toi. Si dans la réponse, il est question d'ondes, d'énergie, méfie toi. S'il ne sait pas l'expliquer vulgairement, méfie toi.
image

« De toute façon, avant, on mourait à 30 ans… » - Le bazar de mydjey

Très intéressant. Toute la croyance en la légende selon laquelle «avant on mourait à 30 ans» vient du fait qu'on ne prend en compte que la moyenne de mortalité: comme ça prend en compte une très importante mortalité infantile, la moyenne baisse. De plus, on confond l'espérance de vie (cette moyenne) et la longévité (l'âge jusqu' auquel on a des chances d'arriver à partir du moment où on a survécu à l'enfance).

Donc, l'espérance de vie est bien passée de 35 ans à 85 ans mais le pic de mortalité au grand âge n'a avancé que de 10 ans. On n'a donc jamais été «vieux» à 35 ans.

C'est à mon sens ce qu'il faut retenir car quand les gens disent « De toute façon, avant, on mourait à 30 ans… », ils sous-entendent qu'on vieillissait plus vite qu'aujourd'hui, ce qui est donc factuellement faux.

Ci-joint la capture d'écran du thread.

Lire la suite de « De toute façon, avant, on mourait à 30 ans… » - Le bazar de mydjey

Petit guide exhaustif des biais cognitifs – Buster Benson | Associations Libres

Résumé de cet excellent article qui met en valeur les travers irrationnels de notre cerveau. J'ai beaucoup résumé, allez voir l'article lui-même, plus complet et édifiant.

  1. trop d'information: filtrage et problèmes d'attention
  • Le cerveau filtre en ne retenant que ce qu'il a déjà mémorisé et délaisse le reste (biais d'attention)
  • Il remarquera ce qui sort beaucoup de l'ordinaire et oblitérera alors ce qu'il considère comme habituel (effet de distinctivité)
  • Il donne trop d'importance à ce qui a changé et empêche une évaluation objective (effet de contraste)
  • Il remarque en priorité ce qui confirme nos croyances (biais de confirmation)
  • Il met en exergue les failles des autres et masque les nôtres (biais du point aveugle)
  1. manque de sens: perception partielle et subjectivité
  • Le cerveau cherche des motifs, des répétitions, quitte à en voir là où il n'y en a pas (illusion des séries, confabulation)
  • Il comble les blancs avec des stéréotypes (erreur d'attribution)
  • Il imagine que ce qu'il aime ou connaît est meilleur que ce qu'il n'aime pas ou ne connaît pas (effet de halo)
  • Il simplifie les nombres et probabilités (biais de normalité)
  • Il pense que les autres savent ce qu'il sait et qu'il sait ce que les autres savent (illusion de transparence)
  • Il projette son état d'esprit actuel sur la vision du passé et du futur (biais de résultat)
  1. besoin d'agir vite:
  • Le cerveau surestime ses capacités et l'importance de ce que nous faisons (biais d'excès de confiance)
  • Il favorise le proche et l'immédiat au détriment du lointain pour rester concentré (appel à la nouveauté)
  • Il est plus motivé pour finir les choses dans lesquelles nous nous sommes investis, même s'il y a des raisons d'abandonner (biais des coûts irrationnels, escalade irrationnelle)
  • Il a tendance à choisir la solution qui lui apparaît comme moins risquée ou qui préserve le statu quo
  • Il favorise les options les plus simples (ou simplistes) au détriment des options plus complexes ou ambiguës quitte à délaisser une solution meilleure à long terme.
  1. impossibilité de tout mémoriser (auto-renforcement)
  • Le cerveau renforce et modifie les souvenirs (effacement d'un souvenir ou injection de détails)
  • Il écarte le spécifique et favorise le général (association implicite)
  • Il réduit les événements et listes à leurs élément-clés
  • Il stocke l'information en fonction du vécu et lui attribue donc à l'événement une importance qu'il n'a pas forcément

Donc, pour faire simple:

  • Nous ne voyons pas tout et nous filtrons des choses importantes.
  • Nous cherchons trop le sens quitte à créer des illusions
  • Nous avons tendance à décider trop vite
  • Notre mémoire nous pousse à l'erreur

Que faire ?

Pour éliminer ces problèmes : RIEN.

Par contre, on peut accepter ces faiblesses et les garder à l'esprit dans nos jugements.

Via Tibiaster djanybekensis


Fil RSS des articles de ce mot clé
  • @cochise t'es con ^^ J'ai failli marcher en fait ^^