Je déteste le web d'aujourd'hui

1-« Je craque parce que la gratuité du web est en train de disparaître : Il n’y a plus un site dont l’accès ne soit pas bloqué par un formulaire d’inscription, plus un blog qui ne t’agresse pas en te collant un putain de pop up pour s’inscrire à sa newsletter, plus un annuaire qui ne facture un abonnement mensuel pour accéder à une liste de gens, la seule valeur ajoutée de l’annuaire étant de les réunir dans une base de donnée.»

Tout-à-fait d'accord; d'ailleurs, j'en suis à dégager direct des sites qui me collent un popup ou qui fractionnent un article en 10 pages putaclics.
Solutions: pour les sites nécessaires, un grabber qui parse la page et ne garde que le nécessaire (riez pas, je l'ai déjà fait ), un script greasemonkey pour virer les merdes, une règle stylish pour display:none les popups, une extension ?

popup finger

2-«Je craque parce qu’il ne se crée plus de grands projets d’envergure avec le partage pour seul mot d’ordre : chacun bricole son petit truc dans son coin en espérant gratter des parts de marché ou trouver la micro-niche dans laquelle il pourra devenir le site de référence, site qu’il monétisera ensuite avec de la pub et de l’affiliation. »

Monétisation est vraiment le terme qui coince, à plusieurs titres: modèle de financement adapté pour vivre de son activité / notion de gratuité qui a tendance à foutre le camp... (car, oui, imposer une inscription est déjà une forme de paiement)
Solutions: continuer à bloguer par passion (de toutes façons on ne deviendra pas riches ) et pour la mise en commun: vive le RSS (en flux complets) !

alt

*3-«Je craque parce que Mark Zuckerberg ne sera jamais Aaron Swartz :[...] Ils [les GAFAM] sont devenus tellement indispensables au web qu’on ne peut vraiment plus se passer d’eux et tout ce qu’on fait sur un site affilié rebondit inexorablement dans les immenses bases de données qui fondent leur pouvoir. .»

Heu, si, on peut se passer d'eux, mais ça a un coût social (ne pas forcément être à la mode, passer pour un idéaliste ridicule, toussa) et ça demande de gros efforts (ne pas faire partie du même réseau social que ses proches va en effet à l'encontre du principe même de réseau social et convertir les proches, bonjour...) Sinon: framasoft, mastodon, diaspora, blogs etc... C'est possible... Pour les récupérations «indirectes» (google fonts, frameworks, regies de pub/stats etc), hébergez vos propres versions, utilisez goofi, choisissez des services libres.

citation

«Non, depuis 1993, le web fait partie de mon ADN et j’y passe le plus clair de mon temps. Je ne serai jamais Aaron Swartz mais je suis profondément influencé par sa pensée et je milite pour un accès libre à l’information. A mon petit niveau, je ne participe qu’à des projets qui donnent libre accès à l’information. Que ça soit ton blog culturel préféré, les deux webzine Metal auxquels j’ai contribué, Metal-Impact et Thrashocore, ainsi que mon dernier projet, Sweet Home, qui se rêve comme le site de référence du maintien à domicile des seniors, je ne ferai jamais de l’info payante. Et si tu montes une communauté de l’anneau, je veux bien y participer…»

citation

DANS MES BRAS MON FRERE !

via Parigot-Manchot

❝ 1 commentaire ❞

1  zempa le

1- Gratuité du web
C'est moi que comprend de travers où il parle de formulaire d'inscription plutôt que de payer pour accéder aux contenus ?
Alors on pourrait m'objecter que si "c'est gratuit c'est toi le produit", mais au final, quand on s'inscrit sur un forum gratuit, son accès reste gratuit, non ?
Donc c'est plutôt les interminables demandes d'inscription qui pollue l'accès aux contenus qui est pointé par la gratuité.
Et puis désolé, la gratuité des contenus n'a pas à être une obligation systématique.
Si pour certains cas, elle doit rester la norme, dans d'autres, cela ne doit pas la règle absolue.
J'en veux pour preuve les sites d'information et de presse qui sont partiellement ou totalement payants comme les Mediapart ou encore NextInpact.
Oui parfois, il faut payer pour permettre à certaines structure de vivre voire survivre.
Donc là dessus, j'ai envie de mettre un -1 à défaut de mettre un "hors-sujet".

Cela m'amène donc au point 2.
La monétisation, ça sert pas qu'à engrosser les GAFAM ou équivalents.
Ça peut aussi servir à faire vivre des structures dignes de confiance (cf exemples cités précédemment).
Ce serait bien de pouvoir vivre d'amour et d'eau fraîche mais dans le monde actuel, c'est pas trop possible... c'est un autre débat.

3- Impossible de se passer des GAFAM ?
Quand on utilise les trackers des personnes (morales) qu'on dénonce, on perd toute crédibilité...
Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on a absolument besoin de ces trackers pour son blog !

Dans l'absolu, il y a un vrai dérive du web que beaucoup partage.
Mais le propos de ce billet est maladroit au point parfois de se tromper de cible et même de paraître un peu "réac".

Bref, si il y a quelques pistes de réflexion que je partage, l'ensemble me parait trop maladroit et contradictoire pour que j'y adhère.

Bonne journée :)

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

Inutile de poster un commentaire à la con pour vous faire de la pub, ce sera filtré et dégagé direct...

Quelle est la dernière lettre du mot zggycb ?