Education nationale : Pap Ndiaye veut « s’attaquer au collège », « l’homme malade du système »

Et allez... c'est parti. Je m'étonne de ne pas lire qu'il faut dégraisser le mammouth...

argument N°1: «le collège est malade»

Tiens, vous remarquez qu'il ne précise pas qui l'a rendu malade...

Donc, depuis un quart de siècle que je fais ce taf, j'en ai vu des ministres de merdes passer, chier une réforme à la va-vite histoire d'avoir leur nom dans les journaux pis se barrer en laissant les décombres au suivant:

suppression d'heures poste au profit des heures supplémentaires:

Dans un collège, vous avez ce qu'on appelle la DHG, la dotation horaire globale, qui est une enveloppe d'heures de cours à répartir dans toutes les matières, par classe et par prof (ce qu'on a fort judicieusement baptisé «la répartition»)

Or, ces heures se divisent en deux catégories: les heures poste et les heures supplémentaires. Les premières sont celles qui doivent remplir les heures de service des enseignants pour éviter qu'ils ne soient en sous-service. Les secondes sont des HSA, heures supplémentaires année, qui vont être ajoutées au service en plus des heures poste. Vous sentez venir l'arnaque: si on diminue les heures poste au profit des heures supp, on est contraint de supprimer des postes de profs car un prof NE PEUT EN AUCUN CAS AVOIR DES HEURES SUPP EN ÉTANT EN SOUS-SERVICE. Du coup, on force les profs à prendre au moins deux heures supp quand certains de leurs collègues se retrouvent sur deux, trois voire quatre collèges/lycées différents !.

  • conséquence N°1: en faisant plus d'heures, on est moins bon, on a plus de classes, plus d'élèves, moins de possibilité de cibler et d'adapter, moins de souplesse.
  • conséquence N°2: en précarisant les collègues, en les poussant sur plusieurs établissements on s'assure qu'ils ne puissent s'investir dans aucun projet et aucune équipe.

augmentation régulière du nombre d'élèves par classe en supprimant des classes

Le rectorat est très prompt à supprimer des classes mais très lent à en ouvrir d'autres. Résultat, cette année je me retrouve avec deux classes à 30/31 élèves et je n'ai même pas de place pour l'AVS qui accompagne certains mômes ! Au début, j'en ai eu une à 32 : un des élèves est parti en me disant: « Monsieur, la prochaine fois, je pourrais avoir une table, s'il vous plaît ?»

Après on t'explique que le niveau baisse par rapport à d'autres pays que l'on prend pour exemple sans préciser que là-bas on est loin de ce nombre d'élèves par classe.

fermeture et suppression de structures adaptées

Quand on supprime des structures adaptées aux handicaps des mômes avec des gens formés à ce genre de défis d'apprentissages, on place les mômes dans des classes traditionnelles avec INTERDICTION de faire des classes «à profil» sous prétexte que ça stigmatiserait les élèves.

Parce que coller dans une classe «normale» un gamin qui a de titanesques difficultés d'apprentissage et de compréhension ce n'est pas le stigmatiser ? Donc, on préfère globalement éviter une hypothétique stigmatisation au prix d'un échec scolaire absolument garanti (parce que la classe est à 30 et que le prof n'est pas formé à ce handicap et qu'il ne peut clairement pas s'adapter à tous individuellement) ?!

multiplication des missions de l'école et des enseignants

Aujourd'hui, on a un calendrier plein d'«actions» en tous genres, de forums, de discussions etc. Pour cette rentrée et pour le seul thème du harcèlement, on nous a parlé de 40 heures par élève... J'ai levé la main et j'ai demandé si 40 heures sur le harcèlement ne constituait pas déjà en soi une forme de harcèlement. Rires jaunes dans la salle.

Tout ça est pris sur les heures de cours. Voilà. D'ailleurs, sur la page de 20minutes, l'article suivant est celui-ci:

Capture du 2022-09-18 09-42-27.png

petites «réformes» diverses

J'en ai souvent parlé ici, mais j'ai vu passer nombre de réformes à la con - mauvaises réponses à un vrai problème:

  • les parcours diversifiés, travaux croisés etc: faire cours à deux profs sur un thème commun à leur matière et de façon moins scolaire 👍 ➜ imposé à tout le monde en groupes classe et pas réservé aux élèves plus en difficulté 👎
  • le quart d'heure lecture: amener à l'amour de la lecture en favorisant l'accès aux livres 👍 ➜ imposé à tout le monde avec punition s'ils n'ont pas de livre ou n'en sortent pas 👎 (ces gens n'ont rien compris aux ados: j'écrirai un billet là-dessus un jour)
  • les EPI: retour du mélange de deux matières pour réaliser un projet dans lequel on apprend de façon plus concrète 👍 ➜ on prend ça sur une heure de cours au lieu d'utiliser les heures supp pour les deux profs
  • multiplication des instances, réunions diverses etc etc.
KeuWâ ?!    Quand on occupe les gens à   autre chose que faire cours,   le niveau baisse ?!

argument N°2: «surtout les maths et les langues»

PAN, une balle dans le pied. Donc, les autres matières tout va bien ?!

Pour faire court, on colle les heures de math n'importe où en plaçant ces heures après celles d'EPS notamment, genre de 16 à 17, on chie sur les maths à longueur de décennies, on fait tout pour les dégager du lycée et à la fin, on s'étonne que le niveau baisse... Genius.

argument N°3: «ce n’est pas une question d’heures de cours [...] mais plutôt de méthode pédagogique »

Je l'attendais celle-ci...

Alors, déjà, c'est faux: on passe notre temps à se plier à de nouvelles directives, à tenter d'adapter ce qu'on fait aux niveaux divers, au nombre d'élèves, aux handicaps, aux TDA (qui se multiplient rapidement) avec des heures supp et des réunions à la con sur fond de sensibilisations diverses à des trucs non pédagogiques...

Ensuite, à force de dénigrer les profs, de les sous-payer (indice gelé depuis 10 ans), de les surcharger, le nombre de gens qui acceptent de faire ce job est en baisse fulgurante... du coup on recrute des profs non formés et non certifiés, parfois sans le niveau requis pour enseigner voire même sans les qualités minimales pour animer un cours avec des ados.

Ah ben ça alors,on préfère   recruter des gens non formés  en une demi-heure de   speed dating et le niveau baisse.    WUT ?!
Le mec est quand-même gonflé:  Il est à la tête d'un ministère  qui a tout fait pour torpiller  le métier de prof certifié et  il les culpabilise ensuite à cause  de leurs méthodes pédagogiques

argument N°4: le « plan maths lancé en primaires après l’évaluation des sixièmes.»

Pitin, je sais pas si je   l'aurais tentée celle-là
l'évaluation des sixièmes... on parle bien de la vaste fumisterie dont les résultats ne sont suivis d'absolument AUCUN effet, lu par PERSONNE et ne sert qu'à faire des stats destinées à nous chier dessus après... hein ? j'ai bon ? c'est bien de celle-là qu'on parle ?!

Conclusion

Comme le dit l'article à la fin

Le ministre a déjà plusieurs chantiers brûlants entre les mains : la crise des recrutements, la revalorisation salariale des enseignants, la réforme de la voie professionnelle ou les innovations pédagogiques

Ouaip gros, commence déjà par revaloriser le salaire si tu veux tout ça: dans les années 80, un prof touchait 2.2 fois le SMIC, aujourd'hui, c'est 1.2 fois.

evolutionsalaire-768c97-0@1x.jpeg

Je suis passé Hors classe en octobre dernier avec prise d'effet en avril. On est en septembre et ma revalorisation de salaire n'a pas encore été répercutée. Par contre, si jamais t'es absent, tes heures supp et ta journée de carence te sont retirés en une grosse matinée.

Allez, cadeau ⬇

attaqueraucollege.jpg

❝ 2 commentaires ❞

1  Clara le

Coucou
QUEL et pas QUELLE est le 5e caractère du mot !
Sinon j'aime beaucoup l'article !
Have a nice day !

 
2  Bronco le

Hihi la faute n'est pas de moi 😁. C'est pluxml !
Merci quand même 🤜🤛

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

les commentaires relevant du SPAM seront filtrés et dégagés direct...

Quelle est le deuxième caractère du mot f6pyze ?