Boulette journal: impressions personnelles

Depuis deux mois, je me suis mis moi aussi au «boulette journal» comme Sammy

sauf que mon utilisation s'avère aux antipodes de la sienne, sans doute parce qu'on n'a pas le même objectif à la base.

Ce journal me sert davantage à vider ma mémoire vive des idées, projets, dates, pensées persistantes, observations etc. qu'à organiser réellement et rigoureusement les tâches et évènements.

En effet, je n'ai pas de mal à m'organiser ou à garder en mémoire les RDV importants... [EDIT: ce qui ne veut pas dire que t'en es pas capable, hein Sammy ] par contre, je n'arrive pas à «débrancher» complètement mon cerveau de la todolist: du coup, toutes les tâches restent ouvertes avec un indice de priorité ou d'urgence, un peu comme une multitude d'onglets dans un navigateur, ce qui m'épuise en me laissant l'impression de trop plein.

Comment j'ai abordé le bullet journal

C'est sous l'angle de l'apparente anarchie et du désordre fantaisiste que je me suis approprié cet "outil"... Il ne s'agit pas que d'une todo améliorée mais aussi d'un journal de pensées.

1. Aucune rigueur d'organisation

L'objectif étant de vider mes onglets mentaux et de garder une trace des pensées et évènements, je n'ai pas besoin de table des matières ou d'organisation draconienne. Le mets la date du jour en cours puis les notes de la journée.

Même pour un RDV, je tourne quelques pages pour retrouver et c'est bon; l'ordre chronologique me suffit pour le moment. Ça présente l'avantage de ne jamais me poser de problème quant à l'endroit où je dois écrire une nouvelle «entrée».

2. De la fantaisie visuelle

L'absence de nomenclature et de rigueur n'étant plus un frein, je me lâche sur le côté fantaisiste des icônes, cadres, flèches etc... sans chercher la moindre cohérence graphique: c'est un joli bordel et ça ressemble à ce que j'ai dans la tête

3. Les notes comme un amusement

Le fait de ponctuer le contenu concret de friandises visuelles et autres doodles inutiles et de leur accorder autant d'importance et d'attention qu'au sens lui-même a un effet profondément apaisant du fait même de son manque total de rentabilité. «c'est encore plus beau lorsque c'est inutile»

Les bienfaits que j'y trouve

1. Le vidage de tête

Non seulement je vire de ma tête les idées et todos non urgentes mais en plus, dessiner permet de lâcher prise et de quitter le mode multitâche.

2. La centralisation

J'ai TOUT au MÊME ENDROIT. Et c'est bel et bon.

3. L'«obligation» de prendre son temps pour noter (et de faire un dessin pour mettre en valeur.)

Contrairement à l'option post-it où l'on gribouille à la va vite une série de mots dont l'aspect tient plus de l'électrocardiogramme que de la phrase intelligible, je prends plaisir à consacrer à la tâche de notation le temps qu'elle mérite...

4. Le côté cahier de vie ou journal de bord

Comme je note dedans les idées, les tâches à effectuer, les rendez-vous, les compte-rendus de réunions, les projets, l'état de la progression après une session de programmation, les évènements de la journée, les émotions, les pensées, les interrogations... je garde une trace de mes journées et de ma vie. J'aime bien et c'est devenu rapidement un plaisir qui chasse les angoisses ou les soucis.

5. L'aspect objet transitionnel

Je trimballe mon «bujo» partout et tout le temps. Si.

Du coup, le simple fait de l'avoir me rassure, un peu comme un doudou. C'est con, j'en ai conscience

6. Le rendu joyeux bordel

Comme je l'ai mentionné, aucune méthode ne sous-tend l'écriture dans ce journal et ça donne un résultat très proche du foisonnement qui règne dans ma tête, mélange de trucs sérieux, de conneries, d'idées de projets etc. Je m'y retrouve et je m'y plais, un peu comme dans une pièce faisant à la fois chambre, atelier, bureau, bord de lac et mur de tag...

Conclusion

Je passe mes journées à devoir être rigoureux et organisé alors l'univers douillet et gentiment déjanté de mon bullet journal est comme un recoin isolé où je me retrouve.

RSS

❝ 2 commentaires ❞

1  Sammy le

Comment que c'est beau ! Je suis jaloux, parce que la seule chose que je sois capable de faire avec un stylo, c'est écrire, et comme un cochon avec ça. Sinon, moi aussi je trimballe mon doudou partout, et ma façon de le gérer évolue au fil des semaines (mais je n'arriverai jamais à ton niveau de lâcher prise je crois... question de tempérament ? Ou alors ça viendra avec l'âge )

Juste un point sur lequel je voulais rebondir particulièrement : le fait de prendre son temps ! Ça fait écho aux multiples remarques de mon épouse sur le thème de "c'est sympa ton truc, mais t'as vu le temps que ça te prend ?" Alors que justement, le fait de prendre le temps d'écrire (voire de dessiner le cas échéant) fait partie du processus mental : rien que ça, ça fixe la tâche tout en ayant l'impression de se vider la tête.

 
2  Bronco le

«ça viendra avec l'âge» Enfoiré !

Pour le temps: c'est EXACTEMENT ce que je ressens... mot pour mot.

 

Fil RSS des commentaires de cet article

✍ Écrire un commentaire

Inutile de poster un commentaire à la con pour vous faire de la pub, ce sera filtré et dégagé direct...

Quelle est la quatrième lettre du mot puzwfm ?